Our Services View All Services »

Actualités municipales

  • DEL soutient la croissance de NUX Sciences

    Boucherville, le 19 octobre 2017 – Développement économique de l’agglomération de Longueuil (DEL) a accordé un prêt de 80 000 $ à NUX Sciences, entreprise œuvrant dans le développement et la distribution de fouettés nutritionnels sans gluten, OGM et soja. Contribuant à établir plus rapidement la rentabilité de l’entreprise, les fonds consentis par DEL combleront les besoins de fonds de roulement...
    En savoir plus...
  • Une édition plus que réussie et porteuse d’avenir pour BioMarine 2017 à Rimouski

    Rimouski, 17 octobre 2017 – C’est plus de 250 chefs d’entreprise et 50 représentants gouvernementaux internationaux qui se sont réunis à Rimouski dans une édition de la convention d’affaires BioMarine qui dépasse les attentes. « Rimouski est devenue le centre de référence de l’économie bleue en Amérique du Nord! Lorsque le politique devient un vecteur d’accélération de la demande industrielle alors tout devient possible. Nous avons assisté durant ces six derniers mois à l’éclosion du véritable potentiel de la province. En combinant les énergies positives de la ville de Rimouski, de la SOPER et de Technopole maritime du Québec, avec celle d’une vision politique entreprenante, le Québec s’est positionné définitivement sur l’échiquier mondial des biotechnologies bleues. Jamais une édition de la convention BioMarine n’avait recueilli autant d’avis favorables, de contrats potentiels et d’attrait autour de son attractivité économique. Bravo aux acteurs locaux qui ont su anticiper le développement de ce nouvel eldorado, bravo au Secrétariat aux affaires maritimes qui a su appuyer de façon concrète et efficace ces opportunités d’affaires. Maintenant, il faut enfoncer le clou et faire que cette économie bleue devienne le fer de lance de l’économie québécoise, que cette économie crée les milliers d’emplois qualifiés qui attireront les meilleurs talents internationaux.» mentionne Monsieur Pierre Erwes, président de BioMarine. Des retombées concrètes pour les organisations de Rimouski Durant l’événement, ce sont plus de 500 rencontres individuelles d’affaires qui furent réalisées entre les participants. « Dans le cadre de l’édition rimouskoise de Biomarine, nous avons conclu des ententes avec sept entreprises du Québec, de la Norvège, de la France et d’Islande afin qu’elles puissent participer activement à la mise en place de notre nouvelle plateforme d’évaluation d’actifs marins en Nutri-Cosméceutique» précise Monsieur Samuel Fortin, président SCF Pharma. « Des dizaines de rencontres et visites des installations du CRBM ont eu lieu avec des organisations et des entreprises du Canada, des États-Unis, de la France, de Monaco, de la Norvège, de la Chine, du Portugal et de l’Espagne. La présence du CRBM à BioMarine 2017 s’est traduite par la signature de deux ententes de recherche et par de nouveaux projets dont nous débutons la préparation. Les activités des derniers jours à Rimouski sont venues confirmer la mission avant-gardiste du CRBM, son rayonnement international ainsi que son rôle unique en appui à la vision du Québec en matière de biotechnologies marines » note Monsieur Guy Viel, directeur général du Centre de recherche sur les biotechnologies marines. En marge du congrès, une journée de visites industrielles, le Discovery Day, a été organisé. C’est plus d’une trentaine de congressistes qui se sont déplacés afin de visiter les institutions reconnues en lien avec l’économie bleue. Ces visites ont été organisées par la SOPER, TMQ et la Chambre de Commerce et de l’Industrie Rimouski-Neigette. La prochaine édition de BioMarine se tiendra du 1er au 4 octobre 2018 à Cascais au Portugal. Une délégation sera d’ailleurs présente afin de continuer le développement des partenariats forts prometteurs en retombées de l’économie bleue internationale. Source : Véronique Mariève Gossellin Conseillère Communication - Commerce SOPER 418 722-4781 poste 228 vmgosselin@soper-rimouski.ca
  • La CIDAL dévoile sa signature corporative

    Alma (Québec), le 16 octobre 2017 – Le maire de la Ville d’Alma et président de la Corporation d’innovation et développement Alma – Lac-Saint-Jean-Est (CIDAL), Monsieur Marc Asselin, ainsi que le préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est et vice-président de la Corporation, Monsieur André Paradis, dévoilent fièrement la signature corporative de l’organisme de développement économique du territoire. Symbolisée par un PLUS regroupant les mots «Alma – Lac-Saint-Jean-Est» tel un point de mire, la signature corporative conjugue positionnement géographique et incitatif stratégique. «Les élus de la Ville d’Alma et de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est ont créé la CIDAL dans l’esprit de maximiser le rayonnement du territoire. Nous avons donc élaboré une signature corporative qui fait Fais à la fois valoir le territoire de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est et de la Ville d'Alma», poursuit-il. Le PLUS… Le PLUS représente un degré, une valeur supérieure. On le renvoie à davantage, à l’introduction d’un élément à ajouter. Monsieur Paradis commente : «Le PLUS renvoie d’une part à l’addition, et d’autre part à la promotion, au côté incitatif. Nous sommes donc très fiers du choix de signature, puisqu’il représente bien l’alliance entre la MRC de Lac-Saint-Jean-Est et la Ville d’Alma pour favoriser le développement économique du territoire», précise-t-il. Dans un objectif d’uniformité, la signature de la CIDAL est adaptable aux différentes entités reliées à la Corporation. Tourisme Alma – Lac-Saint-Jean est donc touristiquement PLUS, tout comme le Centre d’excellence sur les drones devient aéronautiquement PLUS. On y retrouve parallèlement des incitatifs tels des taux de taxation des PLUS bas au Canada, et un territoire économiquement PLUS. «Le concept sera progressivement élargi aux différents outils, de manière à véhiculer une image de marque forte et persuasive», de dire Monsieur Asselin. Rappelons que la Corporation d’innovation et développement Alma – Lac-Saint-Jean-Est a comme principal objectif de promouvoir, favoriser et soutenir les initiatives liées au développement économique, industriel, aéroportuaire et touristique avec une approche territoriale englobant les quatorze municipalités de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est. Pour obtenir de plus amples informations sur la CIDAL, visitez le www.cidal.ca Informations: CIDAL : Maryanne Guénette, conseillère en communication Tél. :418 662.6645, poste 6010 Cell : 418 482.3074 maryanne.guenette@cidal.ca
  • Démarrage et croissance d’entreprises d’économie sociale : DEL bonifie son offre par l’accompagnement d’entrepreneurs collectifs

    Boucherville, le jeudi 12 octobre 2017 – Développement économique de l’agglomération de Longueuil (DEL) accompagne dorénavant les entrepreneurs dotés de projets avec finalités sociales sous la forme d’aide à : la validation et au développement du projet d’affaires; la réalisation du plan d’affaires; la recherche de financement...
    En savoir plus...
  • Jacques Poulin à la présidence du Conseil des aéroports du Québec

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Jacques Poulin à la présidence du Conseil des aéroports du Québec Rivière-du-Loup, le 5 octobre 2017 – Le directeur général de la Ville de Rivière-du-Loup, M. Jacques Poulin, a accepté la présidence du Conseil des aéroports du Québec (CAQ), à l’aube de la tenue en février prochain du Sommet sur le transport aérien régional. M. Poulin a été plébiscité par ses pairs à l’approche de cet important rendez-vous. Ses vastes connaissances des enjeux des aéroports locaux et régionaux, du portrait de l’ensemble des aéroports du Québec et des problématiques rencontrées par les villes, conjuguées à sa longue expérience du milieu municipal, en ont fait un choix stratégique pour les membres réunis en congrès. Lors du Sommet sur le transport aérien régional, le CAQ plaidera entre autres pour la reconnaissance des équipements locaux et leur importance comme outil de développement régional. Elle défendra le maintien de l’intégrité de ces infrastructures face au redéploiement d’un réseau de dessertes régionales, en vue d’assurer une occupation dynamique de tout le territoire. Le Conseil des aéroports du Québec demandera également au gouvernement de prendre en compte le niveau d’investissement requis actuellement, trop élevé pour les moyens des communautés locales, et d’ajuster les programmes en conséquence. Autant d’enjeux que la Ville de Rivière-du-Loup souhaite positionner avantageusement et pour lesquels la Ville espère enfin une conclusion au bénéfice des aéroports régionaux. « Les aéroports locaux et régionaux sont des infrastructures névralgiques pour la vitalité économique de nos régions et doivent, à ce titre, être soutenus adéquatement. Le Sommet sur le transport aérien est un moment clé pour de nombreux dossiers que nous défendons à Rivière-du-Loup et partout au Québec. J’ai donc accepté la présidence dans cet esprit, afin de porter et défendre le message des régions » conclut M. Jacques Poulin. Source : Karine Plourde, conseillère Service des communications 418 867-6611
  • Un premier incubateur industriel voit le jour à Cowansville

    Cowansville, le 3 octobre 2017 - La Ville de Cowansville, en collaboration avec le CLD Brome-Missisquoi, est fière d’annoncer que les démarches visant l’implantation d’un premier incubateur industriel à Cowansville vont bon train. Selon l’échéancier prévu, les premières entreprises devraient emménager dans les nouveaux locaux situés au 800 rue du Sud en janvier 2018. « Nous sommes très fiers de ce projet. L’incubateur était notre priorité suite à notre démarche de planification stratégique commerciale et industrielle. Cela ressortait comme un point important et cadre en tout point avec les orientations de la municipalité de valoriser et de favoriser l’entrepreneuriat et de stimuler le secteur industriel. Nous faisons le pari également, que ces entreprises qui se développeront dans l’incubateur, s’établiront par la suite à Cowansville et que cela va générer de la demande pour les locaux existants dans la ville », souligne le maire de Cowansville, Monsieur Arthur Fauteux. Rappelons que la Ville de Cowansville s’est classée en 2016 au second rang des municipalités québécoises pour sa souplesse envers les entrepreneurs, une enquête menée par la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI). Le conseil municipal de Cowansville vient d’octroyer la somme de 50 000 $ à la Corporation d’initiative industrielle de Cowansville (CIIC), une Corporation où seront invités à siéger les futurs incubés. Ce montant servira de fonds de roulement et permettra la mise à niveau des installations. « Une des caractéristiques intéressante du bâtiment est de permettre la croissance de l’incubateur tout en permettant une flexibilité dans les espaces requis. Nous commençons donc l’expérience avec environ 16 000 pi², ce qui est plus proche des besoins pour les deux prochaines années, mais une opportunité de doubler notre superficie est disponible. La situation géographique au centre-ville était également un atout majeur pour nous » explique Olivier Ricard, directeur de l’aménagement urbain et de l’environnement à la Ville de Cowansville. Déjà trois entreprises se sont montrées intéressées à s’installer dans les locaux qui offriront plusieurs espaces communs totalisant 2 400 pi², dont une salle de conférence et des docs de chargements. Les entreprises incubées bénéficieront également d’un tarif avantageux sur leur loyer, d’un bail flexible selon leur croissance et de tout le support offert par le CLD Brome-Missisquoi aux entreprises via différents programmes. « Il est certain que nous souhaitons que les entreprises incubées prennent leur envol et tous les éléments seront réunis pour que cela se produise. L’incubateur industriel est une façon de plus en plus répandue de développer des entreprises québécoises. La ville de Drummondville est un bel exemple de succès dans le domaine, avec la construction d’un troisième incubateur », précise Benoît Lévesque, conseiller industriel au CLD Brome-Missisquoi. Selon un sondage réalisé par Visages régionaux auprès des 18-37 ans, le démarrage d’entreprise figure au 4e rang des motifs de migration en région. Il s’agissait donc d’une opportunité à saisir. Les entreprises en démarrage intéressées à participer au projet sont invitées à communiquer avec M. Benoit Lévesque, conseiller industriel au CLD Brome-Missisquoi au 450 266-4928. SOURCE ET INFORMATION : Fanny Poisson Directrice des communications et des relations avec les citoyens Ville de Cowansville 450 263-0141, poste 246 fpoisson@ville.cowansville.qc.ca
  • Obtention des autorisations gouvernementales Les travaux d’agrandissement de la marina Dam-en-Terre débutent

    Alma, le 02 octobre 2017 – Le maire de la Ville d’Alma, monsieur Marc Asselin, et le président du Centre de villégiature Dam-en-Terre et conseiller municipal, monsieur Alain Fortin, sont heureux d’annoncer que le Centre de villégiature Dam-en-Terre a obtenu les autorisations nécessaires du ministère du Développement durable, de l’Environnement de la Lutte aux changements climatiques afin d’entreprendre la première phase des travaux d’agrandissement de la marina. Selon le maire Marc Asselin : «Les conditions sont maintenant réunies pour débuter ce grand projet d’agrandissement et de modernisation des installations de la marina de la Dam-en-terre. Le processus d’autorisation environnemental a été plus que complexe mais se termine dans les échéanciers requis pour faire les travaux à l’automne minimisant ainsi les impacts sur les opérations du centre et ses usagers. » Monsieur Alain Fortin ajoute : « C’est une étape importante pour l’équipe de la Dam-en-Terre qui travaille sur ce projet depuis plusieurs années. La première phase des travaux consiste à relocaliser le quai du bateau La Tournée et ajouter 54 nouveaux emplacements à la marina. Dès aujourd’hui, l’entrepreneur retenu pour la réalisation des travaux civils et d’électricité, Terrassement Jocelyn Fortin, s’installera du côté de la marina actuelle. L’entreprise Technomarine s’est vue confiée le contrat pour la fourniture et l’installation des quais. Source : Audrey-Claude Gaudreault Conseillère en communication, Ville d’Alma Tel. 418 669-5001 poste 5010 | Cell. 418 720-1095 audrey-claude.gaudreault@ville.alma.qc.ca Pour information : Virginie Brisson Directrice générale, Centre de villégiature Dam-en-terre Tel. 418 668-3016 poste 2301 dg@damenterre.qc.ca
  • La CIDAL s’établit aux Terrasses des Cascades

    La CIDAL s’établit aux Terrasses des Cascades Alma, le 2 octobre 2017 – Le maire de la Ville d’Alma et président de la Corporation d’innovation et développement Alma – Lac-Saint-Jean-Est, Monsieur Marc Asselin, est heureux d’annoncer l’établissement des bureaux de la CIDAL aux Terrasses des Cascades. « L’édifice des Terrasses des Cascades est une réalisation dont nous sommes très fiers. Nous avons constaté que les citoyennes et citoyens s’approprient de plus en plus cet endroit grâce aux nombreux événements qui s’y tiennent », a expliqué Monsieur Asselin. « L’établissement des bureaux de la CIDAL en plein coeur du centre-ville est d’autant plus stratégique qu’il permet d’envoyer un message clair aux entrepreneurs et aux investisseurs d’ici et d’ailleurs : Nous sommes votre porte d’entrée et facilement accessibles pour accueillir les projets et pour les développer », a-t-il précisé. Rappelons que l’édifice des Terrasses des Cascades appartient à la Ville d’Alma, qui en assure la gestion. Le projet Pour assurer le bon fonctionnement du nouvel emplacement de la CIDAL, certaines améliorations locatives seront effectuées aux Terrasses des Cascades. Les travaux, qui débuteront dans les prochains jours, seront échelonnés sur quelques semaines. « Les aménagements prévus ont été déterminés en fonction d’une utilisation maximale des installations actuelles », a mentionné Monsieur Asselin. Celui-ci a indiqué que les travaux seront effectués dans l’espace auparavant occupé par l’équipe de la 52e Finale des Jeux du Québec d’Alma – Hiver 2017 seulement, et que La boite à bleuets, l'espace à aire ouverte et les bureaux de Festivalma ne seront pas touchés. « Nous mettrons tout en oeuvre pour que l’équipe de la CIDAL puisse accueillir ses clients dans les nouveaux bureaux d’ici la fin de l’année », a-t-il conclu. Le budget relatif à ces améliorations locatives, évalué à 250 000 $, sera puisé à même les surplus du Centre local de développement (CLD) de Lac-Saint-Jean dissout au 31 décembre dernier. Depuis sa création, les bureaux de la CIDAL sont situés dans l’édifice de la MRC de Lac-St-Jean-Est, dans les locaux du CLD. À propos de la CIDAL La Corporation d’innovation et développement Alma – Lac-Saint-Jean-Est, créé en 2016 par la Ville d’Alma et la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, poursuit l’objectif de promouvoir, favoriser et soutenir les initiatives liées au développement économique dans une approche territoriale englobant les quatorze municipalités de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est. L’organisme est également responsable de la gestion du Fonds local d’investissements (FLI) de la MRC. Pour obtenir de plus amples informations sur la CIDAL, visitez le www.cidal.ca Informations: Ville d’Alma : Audrey-Claude Gaudreault, conseillère en communication Tél. 418 669-5001, poste 5010 Cell. 418 720-1095 audrey-claude.gaudreault@ville.alma.qc.ca CIDAL : Maryanne Guénette, conseillère en communication Tél. :418 662.6645, poste 6010 Cell. : 418 482-3074 maryanne.guenette@cidal.ca 3
  • Lancement de B-CITI-Châteauguay Pour faciliter le dialogue entre la Ville et les citoyens

    Châteauguay, le 2 octobre 2017 – Les citoyens peuvent dès aujourd’hui s’inscrire à la plateforme numérique B-CITI, destinée à leur offrir des moyens modernes et efficaces pour entrer en contact et échanger avec la Ville. B-CITI, conçu pour bonifier les services offerts aux citoyens, est un portail numérique offert à la fois sur le Web et sur application mobile. Il est possible de s’y connecter à partir d’un ordinateur, d’une tablette ou encore d’un téléphone intelligent, ce qui rend les services municipaux beaucoup plus accessibles. « À l’ère numérique, nous avons tout avantage à tirer profit des nouvelles technologies pour améliorer les services aux citoyens et faciliter le dialogue avec la Ville. Nous le savons, pour se simplifier la vie, les citoyens utilisent Internet, les réseaux sociaux et les applications mobiles et cette plateforme numérique s’arrime tout à fait à leur réalité. Nous avons le mandat d’offrir des services toujours plus accessibles et performants et B-CITI permet d’augmenter la satisfaction des citoyens et leur engagement envers l’organisation municipale » souligne Nathalie Simon, mairesse de Châteauguay. Outil évolutif et offrant une multitude de possibilités, le service B-CITI s’implantera en plusieurs phases. La première phase, dont les services sont disponibles dès maintenant, inclut la possibilité de recevoir des alertes et avis par SMS, courriel et/ou notification, l’envoi de requêtes aux divers services de la municipalité et la participation à de courts sondages électroniques. Dans les phases subséquentes prévues, plusieurs autres services s’ajouteront, tels qu’une carte citoyenne numérique ainsi que la possibilité de s’inscrire aux activités de sports et loisirs et de faire une demande de permis en ligne. Les possibilités sont quasi infinies! Accédez à B-CITI-Châteauguay dès aujourd’hui en visitant la page d’accueil du site de la Ville (www.ville.chateauguay.qc.ca) et en téléchargeant l’application sur l’App Store (système iOS) et sur Google Play (système Android) à partir d’une tablette ou d’un téléphone intelligent. Pour pouvoir utiliser B-CITI, les citoyens doivent créer leur compte et accéder à leur profil personnalisé. Source : Direction des communications et des relations publiques communications@ville.chateauguay.qc.ca 5, boulevard D’Youville Web : www.ville.chateauguay.qc.ca Châteauguay (QC) J6J 2P8 450 698‐3017
  • CURSO, Programme d’émergence entrepreneuriale Le nouvel outil de développement des entrepreneurs de Rimouski-Neigette et la Mitis

    Rimouski, 25 septembre 2017 – Les Centres de formation Rimouski-Neigette et Mont-Joli-Mitis, le CLD de la Mitis et la SOPER sont fiers de lancer un nouvel outil de développement des compétences entrepreneuriales avec CURSO, Programme d’émergence entrepreneuriale. CURSO, Programme d’émergence entrepreneuriale permettra le développement de la fibre entrepreneuriale des gens d’affaires de la région de Rimouski-Neigette et de la Mitis sous trois grandes thématiques, soit : le démarrage, la relève et le développement des entreprises. « Des ateliers, des conférences et de l’accompagnement seront proposés tout au long de l’année et permettra l’échange de pratiques, la collaboration et la valorisation de l’entrepreneuriat. », précise Monsieur Martin Beaulieu, Directeur général de la SOPER. « Cette formule unique permet au milieu des affaires et de l’éducation de se rapprocher et ainsi répondre aux exigences de plus en plus élevées du monde des affaires. Nos formations Lancement d’une entreprise et Gérer efficacement mon entreprise permettent d’accompagner les entrepreneurs dans leurs démarches, on veut aller encore plus loin!», précise Monsieur Jocelyn Michaud, Directeur des Centres de formation Rimouski-Neigette et Mont-Joli-Mitis. « Pour nous,  il s’agit d’un partenariat gagnant-gagnant  entre les deux territoires et qui permettra d’offrir à nos clientèles l’accès à des formations de qualité tout en rencontrant nos objectifs de stimulation de la fibre entrepreneuriale dans La Mitis. Les échanges commerciaux et les partenariats d’affaires entre nos deux MRC seront aussi très favorisés » note Madame Annick Marquis, directrice générale du CLD de la Mitis. « CURSO représente un projet novateur qui générera de belles retombées économiques dans la région. Cet outil est directement lié à une des priorités de notre gouvernement, c’est-à-dire d’encourager l’entrepreneuriat. C’est pourquoi je salue cette initiative et espère qu’elle deviendra un exemple à suivre », souligne Lise Thériault, vice-première ministre et ministre responsable des PME, de l’Allègement réglementaire et du Développement économique régional. Un premier BootCAMP entrepreneurial! Les 9 et 10 novembre prochains, se tiendra au Centre de formation Rimouski-Neigette le premier BootCAMP entrepreneurial. Dirigé par Monsieur Philippe Richard Bertrand, entrepreneur de carrière, et son équipe d’Amplio Stratégies, le « BootCAMP Spécial Vente» permettra à 18 entrepreneurs de développer leurs compétences en suivant les dernières tendances en matière de technique vente. « Le BootCamp à été conçu pour faire une formation à 360 degrés de l'effort de ventes. En quatre ateliers, on y parlera de la méthodologie de vente, comment mieux cibler, comment mieux négocier et finalement comment préparer un pitch gagnant » précise Monsieur Philippe Richard Bertrand. Pour connaître l’ensemble de la programmation de CURSO, Programme d’émergence entrepreneuriale, visitez le site web www.curso.ca Source : Véronique Mariève Gosselin Conseillère - Communications - Commerce SOPER Téléphone : 418 722-4781 poste 228 vmgosselin@soper-rimouski.ca
  • CURSO, Programme d’émergence entrepreneuriale Le nouvel outil de développement des entrepreneurs de Rimouski-Neigette et la Mitis

    Rimouski, 25 septembre 2017 – Les Centres de formation Rimouski-Neigette et Mont-Joli-Mitis, le CLD de la Mitis et la SOPER sont fiers de lancer un nouvel outil de développement des compétences entrepreneuriales avec CURSO, Programme d’émergence entrepreneuriale. CURSO, Programme d’émergence entrepreneuriale permettra le développement de la fibre entrepreneuriale des gens d’affaires de la région de Rimouski-Neigette et de la Mitis sous trois grandes thématiques, soit : le démarrage, la relève et le développement des entreprises. « Des ateliers, des conférences et de l’accompagnement seront proposés tout au long de l’année et permettra l’échange de pratiques, la collaboration et la valorisation de l’entrepreneuriat. », précise Monsieur Martin Beaulieu, Directeur général de la SOPER. « Cette formule unique permet au milieu des affaires et de l’éducation de se rapprocher et ainsi répondre aux exigences de plus en plus élevées du monde des affaires. Nos formations Lancement d’une entreprise et Gérer efficacement mon entreprise permettent d’accompagner les entrepreneurs dans leurs démarches, on veut aller encore plus loin!», précise Monsieur Jocelyn Michaud, Directeur des Centres de formation Rimouski-Neigette et Mont-Joli-Mitis. « Pour nous,  il s’agit d’un partenariat gagnant-gagnant  entre les deux territoires et qui permettra d’offrir à nos clientèles l’accès à des formations de qualité tout en rencontrant nos objectifs de stimulation de la fibre entrepreneuriale dans La Mitis. Les échanges commerciaux et les partenariats d’affaires entre nos deux MRC seront aussi très favorisés » note Madame Annick Marquis, directrice générale du CLD de la Mitis. « CURSO représente un projet novateur qui générera de belles retombées économiques dans la région. Cet outil est directement lié à une des priorités de notre gouvernement, c’est-à-dire d’encourager l’entrepreneuriat. C’est pourquoi je salue cette initiative et espère qu’elle deviendra un exemple à suivre », souligne Lise Thériault, vice-première ministre et ministre responsable des PME, de l’Allègement réglementaire et du Développement économique régional. Un premier BootCAMP entrepreneurial! Les 9 et 10 novembre prochains, se tiendra au Centre de formation Rimouski-Neigette le premier BootCAMP entrepreneurial. Dirigé par Monsieur Philippe Richard Bertrand, entrepreneur de carrière, et son équipe d’Amplio Stratégies, le « BootCAMP Spécial Vente» permettra à 18 entrepreneurs de développer leurs compétences en suivant les dernières tendances en matière de technique vente. « Le BootCamp à été conçu pour faire une formation à 360 degrés de l'effort de ventes. En quatre ateliers, on y parlera de la méthodologie de vente, comment mieux cibler, comment mieux négocier et finalement comment préparer un pitch gagnant » précise Monsieur Philippe Richard Bertrand. Pour connaître l’ensemble de la programmation de CURSO, Programme d’émergence entrepreneuriale, visitez le site web www.curso.ca Source : Véronique Mariève Gosselin Conseillère - Communications - Commerce SOPER Téléphone : 418 722-4781 poste 228 vmgosselin@soper-rimouski.ca
  • Lancement de la nouvelle Table de développement agroalimentaire de Laval

    Laval, le 19 septembre 2017 – C’est aujourd’hui qu’a eu lieu le lancement de la nouvelle Table de développement agroalimentaire de Laval (TDAL), qui réunit plus d’une trentaine de personnes issues des milieux gouvernementaux, institutionnels et agroalimentaires. Les grands principes d’une entente sur le développement du secteur et qui doit être signée d’ici peu ont aussi été dévoilés aujourd’hui. La nouvelle Table a été mise en place notamment pour poursuivre le développement du secteur et contribuer à l’élaboration et à la mise en place d’un plan d’action. En considérant les bénéfices engendrés par l’effet de levier et la portée des actions collectives, les membres de la Table s’engagent à mettre en œuvre des projets prioritaires, notamment ceux du Plan de développement de la zone agricole (PDZA) de Laval répondant aux enjeux communs de développement de l’agroalimentaire des territoires et des partenaires sectoriels de la région. « L’agroalimentaire est un des secteurs économiques importants pour Laval. Je salue la mise en place de la TDAL, qui ajoute un levier supplémentaire aux initiatives déjà mises de l’avant. Par l’intermédiaire de cette Table, nous travaillerons main dans la main avec les acteurs du milieu et poursuivrons ainsi le développement du secteur dans une dynamique d’action et d’engagement », a souligné le maire de Laval, Marc Demers. Toujours selon le maire Demers, « plus que jamais, l’agroalimentaire à Laval se dessine autour d’une vision commune. Avec l’adoption du PDZA en 2016, fruit d’une vaste consultation, la création de cette nouvelle Table et la signature d’une entente de développement du secteur avec des acteurs du milieu, qui devrait voir le jour cet automne, nous nous donnons les moyens de nos ambitions. » Source : Claire Monteil, conseillère promotion et marketing Service du développement économique – Ville de Laval 450 978-6888, poste 5964, c.monteil@laval.ca SERVICE DES COMMUNICATIONS ET DU MARKETING 480, boulevard Armand-Frappier, C. P. 422, succursale Saint-Martin, Laval (Québec) H7V 3Z4 311 ou 450 978-8000 • www.laval.ca www.facebook.com/villedelavalpageofficielle — www.twitter.com/@laval311
  • Journée porte ouverte chez Groupe RYB!

    Journée porte ouverte chez Groupe RYB!
    En savoir plus...
  • La Ville de Laval bonifie son soutien au développement économique : 4,5 M$

    Laval, le 20 septembre 2017 – La Ville de Laval maintient le cap sur la croissance de l’entrepreneuriat, des entreprises et des emplois et bonifie ses programmes d’aide financière par l’ajout d’une enveloppe de 4,5 M$ qui sera dédiée aux programmes et initiatives stratégiques du Service du développement économique. Lors de sa dernière séance, le conseil municipal a approuvé l’entente de transfert en vertu de laquelle l’excédent cumulé de Laval Technopole sera entièrement affecté à des programmes et initiatives de développement économique. L’enveloppe permettra de générer plus de prêts aux entreprises et de subventions aux entrepreneurs lavallois, dont ceux de l’économie sociale. Elle servira également à financer des initiatives stratégiques telles qu’incubateurs, pôles d’innovation et vitrines technologiques, dont les modalités seront précisées sous peu. « L’économie de Laval se porte très bien. Depuis le début de l’année, 11 000 Lavallois de plus se trouvent en emploi. Avec un total de 225 100 emplois, nous sommes tout près du sommet atteint en 2014. Mais nous voulons faire plus encore pour soutenir nos entrepreneurs et nos entreprises et stimuler la croissance de l’emploi de manière durable. En leur dédiant une enveloppe de 4,5 M$, nous leur envoyons un signal clair : ils trouvent à Laval un environnement d’affaires des plus propices et un solide appui de notre administration », a souligné le maire de Laval, Marc Demers. « Nous diversifions notre appui au développement économique de Laval en nous donnant des moyens additionnels pour mettre en place ou bonifier des projets d’incubateurs, pôles d’innovation et vitrines technologiques dans nos secteurs prioritaires, qu’il s’agisse tout particulièrement de mobilité intelligente, biotechnologie ou agroalimentaire », a ajouté Marc Demers. À propos du Service du développement économique de la Ville de Laval Le Service du développement économique de la Ville de Laval assure la promotion et le développement économique de Laval par la recherche de nouveaux investissements, l'accueil et le soutien des entreprises et des entrepreneurs afin de stimuler la croissance des emplois et des entreprises aux bénéfices durables des Lavallois. Plus de détails sur ses services et programmes à www.lavaleconomique.com. Source : Claire Monteil, conseillère promotion et marketing Service du développement économique – Ville de Laval 450 978-6888, poste 5964, c.monteil@laval.ca SERVICE DES COMMUNICATIONS ET DU MARKETING 480, boulevard Armand-Frappier, C. P. 422, succursale Saint-Martin, Laval (Québec) H7V 3Z4 311 ou 450 978-8000 • www.laval.ca www.facebook.com/villedelavalpageofficielle — www.twitter.com/@laval311
  • Nous avons choisi Châteauguay pour ses attraits indéniables

    Thermetco, une entreprise spécialisée en métallurgie, occupera le 217, boulevard Industriel. « Nous avons choisi Châteauguay pour ses attraits indéniables » - Jean-Sébastien Lemire, directeur général et actionnaire de Thermetco - Châteauguay, le 15 septembre 2017 - Après avoir étudié divers scénarios de relocalisation, l’entreprise Thermetco a choisi la Ville de Châteauguay et son parc industriel pour implanter ses activités. Ce chef de file en solutions métallurgiques a acquis le bâtiment situé au 217, boulevard Industriel et compte être en activité dès le début 2018. « Nous avons choisi Châteauguay pour de nombreux facteurs, dont la collaboration offerte par la Ville dans notre processus de relocalisation, l’accessibilité autoroutière et sa desserte en transport en commun » souligne Jean-Sébastien Lemire, directeur général de l’entreprise. Une fois établie à Châteauguay, l’entreprise emploiera une centaine de personnes, dont une vingtaine de cadres et d’ingénieurs. « En raison de notre stratégie de croissance, de nouveaux emplois seront créés et disponibles pour les Châteauguois. » confirme M. Lemire en précisant que les postes recherchés seront publicisés dans les prochaines semaines. Fondée en 1982, l’équipe de Thermetco a toujours su s’entourer de spécialistes du milieu afin d’apprivoiser des technologies de plus en plus complexes. Thermetco offre aujourd’hui une gamme complète de traitements thermiques des matériaux, d’inspection et de laboratoire à ses clients issus des secteurs de l’aéronautique, de l’automobile, de la défense et de la pétrochimie. Les nombreuses certifications de l’entreprise sont la COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate preuve de son engagement envers ses clients ainsi que de son respect des normes les plus strictes de l’industrie. Thermetco est un employeur responsable ainsi qu’un citoyen corporatif actif qui contribue au rayonnement du Québec à l’étranger. Il a reçu la certification Employeur remarquable - Diversité ethnoculturelle, une Grande Mention aux Grands Prix québécois de la qualité, est membre d’Aéro Montréal et participe à divers salons à travers le monde, dont Le Bourget, pour exporter son expertise. « Il y aura une part de Châteauguay dans nos représentations à partir de maintenant! » a conclu le propriétaire, fier de son choix et confiant en l’avenir. Renseignements : Thermetco traitements@thermetco.com 514 934-4684
  • Création de la Table de développement agroalimentaire de Laval

    Laval, le 18 septembre 2017 — Le maire de Laval, Marc Demers, invite les représentants des médias à un point de presse sur le lancement d’une nouvelle Table de développement agroalimentaire de Laval réunissant plus d’une trentaine de personnes issues des milieux gouvernementaux, institutionnels et agroalimentaires. Également, lors de ce point de presse, les grands principes de la future entente sur le développement de ce secteur seront dévoilés. Quoi : Conférence de presse – Création de la Table de développement agroalimentaire de Laval et annonce des grands principes de la future entente sectorielle Quand : Le mardi 19 septembre, à 13 h 30 Où : 1555, boulevard Chomedey, Laval Source : Claire Monteil, conseillère promotion et marketing Service du développement économique, Ville de Laval 450-978-6888, poste 5964 c.monteil@laval.ca
  • Mascouche conclut une entente avec le gouvernement du Québec Un projet culturel numérique prometteur à venir

    Mascouche, le 15 septembre 2017. – La Ville de Mascouche est fière d’annoncer le renouvellement de son entente de développement culturel, avec le gouvernement du Québec, via le ministère de la Culture et des Communications (MCC), pour un montant total de 1 445 400 $. Cette entente permettra, entre autres, de mettre de l’avant un projet prometteur sur le site du Manoir seigneurial, dans le cadre du Plan culturel numérique du Québec. « En ajoutant un volet numérique à l’entente de développement culturel, nous nous assurons de mettre en oeuvre un projet innovant et visionnaire qui sera un attrait supplémentaire pour la région de Mascouche. Par ailleurs, je me réjouis du renouvellement de cette entente, puisqu’il permettra à une grande diversité de projets de voir le jour, confirmant ainsi la vitalité mascouchoise, » a indiqué le ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, Luc Fortin. Un projet prometteur et audacieux À l’aide de la subvention obtenue, la Ville créera un sentier d’expériences numériques à même la forêt domaniale. Un projet riche, tant sur le plan culturel que patrimonial! « Nous mettrons de l’avant une expérience immersive dans laquelle les participants découvriront l’histoire de ce site historique en parcourant un sentier », souligne Chantal Filion, directrice du Service de la culture et de la vie communautaire. De son côté, le maire Guillaume Tremblay a tenu à remercier le gouvernement du Québec pour son implication. « Je suis heureux que la collaboration avec le MCC se renouvelle encore une fois. Il s’agit de la cinquième entente, et celle-ci me rend particulièrement fier puisqu’elle nous permettra de développer un projet audacieux; un projet numérique qui saura mettre en valeur notre patrimoine, et ce, de façon actuelle et dynamique. Je salue l’audace du ministère et j’accueille avec enthousiasme cette collaboration renouvelée ». Les détails concernant le projet et ses étapes de réalisation seront dévoilés ultérieurement. Une entente de développement culturel 2017-2020 totalisant 1 445 400 $ L’investissement du gouvernement du Québec, via le MCC, s’élève à 722 700 $ et se détaille comme suit :  46 450 $ en provenance du Fonds du patrimoine culturel québécois;  300 000 $ versés en vertu du Plan québécois des infrastructures et de la mesure 83 d, à raison de 100 000 $ par année;  317 700 $ accordés dans le cadre du programme Développement des collections pour les bibliothèques publiques autonomes, à raison de 105 900 $ par année;  58 550 $ issus de l’enveloppe budgétaire réservée aux ententes de développement culturel. La Ville de Mascouche investit également 722 700 $ dans l’entente, soit 50 %. L’entente lui permettra de continuer à investir dans l’une de ses plus grandes richesses : sa culture et son patrimoine. Sources : Isabelle Gagné, conseillère Service des Communications Ville de Mascouche 450 474-4133, poste 2790 communication@ville.mascouche.qc.ca Karl Filion Attaché de presse Cabinet du ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française 418 380-2310 
  • Nouveau partenariat de soutien au démarrage d’entreprises collectives à Laval

    Laval, 15 septembre 2017 – La Ville de Laval, la Caisse d'économie solidaire Desjardins et le Pôle régional d’économie sociale de Laval (PRESL) sont heureux d’annoncer la mise en place d’un nouveau partenariat afin de soutenir la création d’entreprises collectives à Laval. En vertu de cette entente, une quinzaine de nouvelles entreprises collectives lavalloises auront accès à un accompagnement professionnel et à un financement de démarrage pour réaliser leur projet d’entrepreneuriat à haute valeur sociale. La Caisse d’économie solidaire, principale institution financière des entreprises collectives au Québec, s’est engagée à soutenir la création de 200 nouvelles entreprises au cours des 5 prochaines années. Pour avoir un effet de levier et s’assurer de la pérennité de ces entreprises, la Caisse s’associe avec des partenaires locaux spécialisés dans l’accompagnement de ce type d’entreprises. À Laval, elle compte soutenir la création de 15 nouvelles entreprises collectives d’ici la fin de 2022 avec un investissement minimal de 345 000 $. « Obtenir un premier financement en même temps qu’un accompagnement professionnel donnent l’impulsion nécessaire pour créer et bien démarrer une entreprise. Ce partenariat vient bonifier nos services et outils financiers offerts par l’entremise de notre Service du développement économique. Il nous permet de fournir à de nouvelles entreprises d’économie sociale des conditions encore plus favorables pour les rendre autonomes et pérennes », se réjouit le maire de Laval, Marc Demers. « Nous saluons chaleureusement cette nouvelle aide au démarrage d’entreprises collectives lavalloises et du travail de soutien partenarial qui se confirme. L’effervescence de l’entrepreneuriat en innovation sociale est palpable à Laval et rejoint de plus en plus les valeurs des nouveaux entrepreneurs » Louise Hodder, directrice générale du Pôle régional d’économie sociale de Laval (PRESL). « En tant que principale institution financière spécialisée en économie sociale au Québec, nous avons la responsabilité d’aider les jeunes entrepreneurs collectifs à émerger dans les régions du Québec. Nous sommes heureux de pouvoir déployer notre initiative à Laval », ajoute Didier Fleury, directeur de comptes de la Caisse d'économie solidaire. Programme Jeunes entreprises collectives En plus de l’accompagnement pendant la période de démarrage, le programme Jeunes entreprises collectives garantit un financement minimal – qui pourrait être supérieur en fonction des besoins et de la capacité de remboursement : · accompagnement professionnel assuré par le Service du développement économique de la Ville de Laval; · au moins 10 000 $ en prêt ou marge de crédit octroyé par la Caisse d’économie solidaire ou un autre partenaire de la finance solidaire (par exemple, le Réseau d’investissement social du Québec, Filaction ou autre); · au moins 10 000 $ en subvention d’un partenaire financier local ou régional ; · 3 000 $ en bourse offerte par la Caisse d’économie solidaire. Par ce partenariat avec la Ville de Laval et le PRESL, la Caisse d’économie solidaire élargit son programme Jeunes entreprises collectives, amorcé ailleurs au Québec, en collaboration avec le réseau PME MTL, la CDEC de Trois-Rivières et IDE Trois-Rivières et la CDEC de Sherbrooke. De nouvelles collaborations seront annoncées en cours d’année. À propos du Service du développement économique de la Ville de Laval Le Service du développement économique de la Ville de Laval assure la promotion du développement économique par la recherche de nouveaux investissements, l'accueil d'entreprises et le soutien de celles installées sur son territoire tout en cherchant à accélérer la réalisation de projets d’investissements et d’initiatives innovantes sur le territoire. Plus de détails à lavaleconomique.com. À propos du Pôle régional d’économie sociale de Laval Le Pôle régional en économie sociale de Laval (PRESL) est un organisme incorporé dont la mission est de consolider le réseau des entreprises collectives et d’économie sociale et de veiller à son essor. Les 28 entreprises et organismes membres du PRESL se regroupent sous une base volontaire. Plus de détails à economiesocialelaval.com. À propos de la Caisse d'économie solidaire La Caisse d’économie solidaire est la principale institution financière spécialisée en économie sociale et en investissement responsable au Québec. Elle compte plus de 3 000 entreprises et associations membres. Au 31 décembre 2016, elle investissait 518 millions $ dans des entreprises d’économie sociale. Source : Claire Monteil, conseillère promotion et marketing Service du développement économique – Ville de Laval 450 978-6888, poste 5964, c.monteil@laval.ca
  • IVÉO accélère le développement du transport intelligent de la Ville de Varennes

    Le technopôle IVÉO offre à présent à la Ville de Varennes des solutions qui permettront d’offrir à ses citoyens une mobilité toujours plus fluide, plus sécuritaire et plus respectueuse de l’environnement... À propos d’IVÉO Le technopôle IVÉO, propulsé par DEL, a pour mission de structurer, mobiliser et appuyer un écosystème d’innovation visant à accélérer le développement et le déploiement de produits, d’applications et de technologies qui permettront de rendre le transport des biens et des personnes plus efficace, plus intelligent et plus durable. Il a pour vision de devenir un écosystème d’innovation de classe mondiale dans le secteur des transports. Pour plus d’information: www.iveo.ca Renseignements: Catherine Beaudin Coordonnatrice des communications et des relations publiques Développement économique de l’agglomération de Longueuil Tél.: 450 645-1208 Courriel:catherine.beaudin@delagglo.ca
    En savoir plus...
  • Gouvernance : Laval va de l’avant Trois ans après avoir fait appel à l’IGOPP, l’administration lavalloise dresse un bilan positif des actions entreprises

    Laval, le 11 septembre 2017 — Le maire de Laval, Marc Demers, a dressé ce matin un bilan positif des actions entreprises par l’administration municipale depuis la publication du Rapport sur la gouvernance des sociétés paramunicipales de Laval par l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques (IGOPP), en juin 2014. « Nous sommes fiers de ce qui a été accompli depuis le rapport de l’IGOPP, notamment la création du Secrétariat et de la Commission de la gouvernance, et nous poursuivons nos efforts afin que Laval soit une vitrine en la matière. C’est un objectif auquel je tiens énormément et qui permet d’inspirer et de maintenir la confiance à tous les niveaux », a indiqué Marc Demers. « La Ville de Laval a entrepris plusieurs actions concrètes afin de favoriser la compétence des administrateurs de ses sociétés paramunicipales, la transparence et la reddition de compte, comme recommandé dans notre rapport », a souligné Michel Nadeau, directeur général de l’IGOPP. « Le travail accompli depuis le dépôt du rapport de l’IGOPP a été rendu possible grâce à la bonne communication et aux relations de confiance que la Ville, et particulièrement la Commission de la gouvernance, ont établi avec les organismes », a précisé Stéphane Boyer, président de la Commission et conseiller municipal du district de Duvernay­—Pont-Viau. « La trajectoire et le chemin à parcourir pour les prochaines années sont connus. L’élément le plus important est la volonté de maintenir le momentum afin que les changements soient perceptibles et soutenus dans le temps », a conclu maître Simon Tremblay, directeur du Service des affaires juridiques. Rappelons que le rapport de l’IGOPP a été rendu public en juin 2014. L’administration lavalloise s’était alors engagée à donner suite aux recommandations contenues dans ce rapport. Depuis, le conseil municipal a créé, en 2015, une Commission de la gouvernance ainsi que le Secrétariat de la gouvernance. Ces entités sont responsables de conseiller les élus et la direction générale en matière de gouvernance et de mettre en œuvre un plan d’action afin de donner suite aux recommandations de l’IGOPP. Source : Hélène Lamarre Simard Conseillère en communication 450 978-6888, poste 5918 h.lamarresimard@laval.ca
  • Politique de développement durable - 2017-2027

    En 2011, la version initiale de la Politique de développement durable de la Ville de Baie-Comeau a été lancée. Cette politique a orienté la réalisation de plusieurs actions, dont la démarche communautaire Ma Ville Ma Voix. Après une révision du format et de l'ajout de contenu en 2014, une nouvelle version de notre politique, qui sera notre référence pour les 10 prochaines années (2017-2027), a été adoptée récemment par le conseil municipal. Plus concise, elle se concentre surtout sur la présentation de notre vision, de nos principes directeurs et de notre structure. En collaboration avec le comité de développement durable, l'objectif est d’y annexer un plan d’action 2018-2022.
    En savoir plus...
  • INVITATION Annonce de la venue d'une nouvelle entreprise dans le parc industriel

    La mairesse de Châteauguay, madame Nathalie Simon, vous invite à une conférence de presse pour annoncer la venue d’une nouvelle entreprise dans le parc industriel. Le vendredi 15 septembre 2017, à 9 h Devant le 217, boul. Industriel R.S.V.P. par téléphone au 450 698-3017 ou à communications@ville.chateauguay.qc.ca au plus tard le 14 septembre 2017
    En savoir plus...
  • La Ville de Laval accorde une subvention de 50 000 $ à Textil’Art

    Laval, le 7 septembre 2017 —La Ville de Laval est heureuse d’annoncer une aide financière de 50 000 $ à Textil’Art pour son projet d’expansion à la suite de la décision du comité exécutif d’approuver la recommandation du comité Fonds d’Économie Sociale. Textil’Art est une entreprise-école, bien établie à Laval, dont l’objectif est l’insertion professionnelle et sociale de travailleurs majoritairement immigrants. La contribution financière de la Ville lui permettra de bonifier son offre de services actuels, de prolonger le cycle de vie des produits de textiles en plus de s’assurer que les participants développent de nouvelles compétences dans un contexte d’économie circulaire. « Une personne sur quatre est d'origine immigrante à Laval. Textil’Art joue un rôle clé en permettant aux immigrants éloignés du marché du travail d’acquérir une première expérience de travail et de développer des attitudes et des aptitudes qui les aideront à se trouver une place active dans le monde du travail. Ce geste concret contribue à faire la différence pour cette frange de notre population qui souffre d’un taux de chômage plus élevé que la moyenne. Il concrétise aussi notre engagement à reconnaître l’apport des entreprises d’économie sociale dans le développement d’une ville prospère et à les appuyer. Notre appui à Textil’Art en est un bel exemple », a souligné le maire de Laval, Marc Demers. « Grâce à cette subvention, nous pourrons acquérir de nouvelles machines industrielles et une machine d’impression sur textile, en plus d’augmenter le nombre de postes de production. Une friperie et des cours de couture domestique seront également ajoutés à notre offre de services. Cette expansion nous permettra ainsi d’augmenter le nombre d’employés et de participants sachant qu’à ce jour, Textil’Art a permis à plus de 1 200 personnes d’intégrer le marché du travail », a fait valoir la directrice générale de Textil’Art, Jocelyne Arbic. Détails du Fonds d’Économie Sociale (FES) Géré par le Service du développement économique de la Ville de Laval, le FES est disponible pour la création d’entreprises, de coopératives et de projets d’économie sociale pilotés par des organismes à but non lucratif. Il consiste à offrir une aide financière ainsi que de l’accompagnement aux projets admissibles afin de favoriser le développement de l’offre ou de contribuer au rayonnement de l’économie sociale à Laval. Pour en savoir plus sur le programme : lavaleconomique.com/fr/financement. À propos du Service du développement économique de la Ville de Laval Le Service du développement économique de la Ville de Laval assure la promotion et le développement économique de Laval par la recherche de nouveaux investissements, l'accueil et le soutien des entreprises et des entrepreneurs afin de stimuler la croissance des emplois et des entreprises aux bénéfices durables des Lavallois. Plus de détails à lavaleconomique.com. À propos de Textil’Art Textil'Art est une entreprise-école sans but lucratif fondée en 1998 dont la mission globale est l’insertion professionnelle et sociale de personnes exclues du marché de l’emploi, dont les personnes immigrantes. Spécialisée dans la production de chiffons industriels et dans la confection de produits faits de matériaux recyclés, l’entreprise permet à ses « participants-travailleurs » d’acquérir diverses compétences les aidant à retrouver une place active dans le monde du travail. Pour en savoir plus sur l’entreprise : textilart.ca. Source : Annie Henderson, conseillère promotion et marketing Service du développement économique – Ville de Laval 450 978-6888, poste 6994, a.henderson@laval.ca
  • Transaction de 6 M$ entre la Ville de Varennes et l’entreprise Divco

    Le conseil municipal est fier d’annoncer une autre bonne nouvelle en matière de développement économique. En effet, la Ville confirme la vente d’un terrain à l’entreprise Divco. D’une superficie totale de deux millions de pieds carrés, il est situé dans la nouvelle zone industrialo-portuaire, soit les anciens terrains de Pétromont. La vente de ce terrain représente des revenus de l’ordre de 6 M$ pour la Ville, soit plus de trois fois sa valeur d’achat. « Varennes possède l’espace pour stimuler l’activité économique et la création d’emplois. Cette transaction permettra de générer des revenus importants pour la Ville au cours des prochaines années et aura un impact pour maintenir le bas niveau de taxation », affirme le maire Martin Damphousse. Reconnue dans l’industrie de la construction pour la qualité de ses réalisations avec plus de 50 années d’expérience, DIVCO s’est forgée une solide renommée dans l’est du Canada. Ses nombreux projets d’édifices à bureaux, ses multiples constructions industrielles, institutionnelles et commerciales, ses réalisations dans le domaine du commerce de détail, ainsi que ses travaux majeurs de rénovation et de restauration ont permis à la compagnie de développer son approche unique basée sur la flexibilité, la proactivité et la créativité (source : www.divco.ca).
    En savoir plus...
  • Parachèvement de l’autoroute 19 : un nouvel appui au projet

    Bois-des-Filion, le 29 août 2017 – La MRC de Thérèse-De Blainville et la Ville de Bois-des-Filion accueillent très positivement l’appui du Chef de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale, monsieur Jean-François Lisée, au projet de parachèvement de l’autoroute 19 entre Laval et Bois-des-Filion. « À la veille de la rentrée d’automne, alors qu’on anticipe le retour de la congestion chronique sur le réseau routier, il est pertinent de remettre dans l’actualité le projet attendu du parachèvement du tronçon inachevé de l’autoroute 19, lequel doit inclure des voies réservées au transport collectif. L’intervention de monsieur Jean-François Lisée offre cette opportunité et elle est bienvenue », a souligné le porte-parole de la Coalition 19, monsieur Paul Larocque. Ce projet, prévu depuis 44 ans, permettrait de répondre aux besoins accrus de mobilité entre Laval et la couronne nord, en plus d’offrir une alternative à l’auto-solo grâce à un service rapide par bus vers le métro à Laval. Rappelons enfin que trois viaducs au-dessus de l’autoroute 640, construits pour recevoir le projet de parachèvement, demeurent inutilisés depuis 40 ans. « Le projet a franchi avec succès l’étape du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) en 2015 et est toujours en attente d’une décision gouvernementale pour le faire passer de la colonne « Études » à la colonne « Planification » dans le Plan québécois d’infrastructures (PQI), de façon à enclencher enfin le processus de réalisation. L’intervention de monsieur Lisée permet de souligner encore une fois que ce projet a obtenu l’appui des trois grands partis politiques du Québec et qu’il est temps d’aller de l’avant », a ajouté le préfet de la MRC de Thérèse-De Blainville, monsieur Richard Perreault. Plus de 46 000 véhicules circulent quotidiennement sur un axe routier conçu pour en accueillir quatre fois moins. La population de la couronne nord, avec ses 500 000 habitants, est en croissance continue et accueillera plus de 144 000 nouveaux citoyens d’ici 2030, selon les objectifs fixés par le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD). La MRC de Thérèse-De Blainville et la MRC Les Moulins, principales concernées par le projet, représentent à elles seules près de 300 000 personnes. Source: Ville de Bois-des-Filion / MRC de Thérèse-De Blainville (450) 621-1460 poste 167
  • Le maire Marc Asselin en action sur les enjeux forestiers

    Alma, le 24 août 2017 — Le maire de la Ville d’Alma, M. Marc Asselin, a rencontré le 24 août dernier à Québec le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Luc Blanchette, lors d’une réunion du Comité sur la forêt de l’Union des municipalités du Québec (UMQ). Le maire et ses collègues d’ailleurs au Québec ont profité de l’occasion pour faire le point avec le ministre sur différents dossiers prioritaires pour les communautés forestières, dont les négociations canado-américaines sur le bois d’oeuvre résineux. Monsieur Blanchette a d’ailleurs dressé un bilan positif de la mission qu’il a menée récemment auprès d’élus et de partenaires économiques dans différents États américains. À la suggestion de l’UMQ, il a également rencontré des acheteurs, des constructeurs et des associations nationales pour les sensibiliser à notre régime forestier et à l’importance d’un accord. « J’invite le gouvernement fédéral à poursuivre ses négociations avec son homologue américain afin de conclure le meilleur accord possible pour assurer la prospérité et la vitalité de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est et de l’ensemble des communautés forestières. Tous les partenaires québécois sont mobilisés plus que jamais afin de pérenniser notre industrie forestière, entre autres le secteur du sciage, et nous poursuivrons nos efforts en ce sens au cours des prochains mois », a expliqué le maire Marc Asselin. Source : Audrey-Claude Gaudreault Conseillère en communication, Ville d’Alma Tél. 418 669-5001 poste 5010 Cell. 418 720-1095 audrey-claude.gaudreault@ville.alma.qc.ca
  • Le maire d’Alma solidaire de l’industrie forestière

    Alma, le 18 août 2017 — Suite aux annonces des derniers jours concernant l’Usine Alma de Produits forestiers Résolu, le maire de la Ville d’Alma, Monsieur Marc Asselin, souhaite réitérer l’importance qu’il accorde au dossier de l’industrie forestière et à l’avenir de l’Usine Alma. Selon le maire Marc Asselin : «Depuis plusieurs mois, je siège au comité forêt mis en place par l’Union des municipalités du Québec avec d’autres maires du Saguenay-Lac-Saint-Jean et des régions concernées par la forêt. L’objectif de ce comité est de se doter de stratégies communes de soutien et de défense de l’industrie forestière. Dès la semaine prochaine, je participerai à une nouvelle rencontre du comité à Québec en présence du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Monsieur Luc Blanchette. » Monsieur Asselin ajoute : « Je me réjouis des annonces faites par Produits forestiers Résolu concernant la relance de la machine # 9 de l’Usine Alma et des emplois qui s’y rattache. Cette bonne nouvelle m’amène à continuer de m’impliquer activement, tout comme le préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean Est Monsieur André Paradis, pour faire valoir l’importance de l’industrie forestière et de l’Usine Alma de Produits forestiers Résolu dans notre économie locale et régionale.» Source : Audrey-Claude Gaudreault Conseillère en communication, Ville d’Alma Tél. 418 669-5001 poste 5010 Cell. 418 720-1095 audrey-claude.gaudreault@ville.alma.qc.ca
  • La Ville de Laval poursuit ses efforts pour atteindre l’excellence en matière d’intégrité et d’éthique

    La Ville de Laval poursuit ses efforts pour atteindre l’excellence en matière d’intégrité et d’éthique La Ville de Laval est la première grande municipalité québécoise à se doter d’un Code de conduite des fournisseurs Laval, le 10 août 2017 — Le 8 août dernier, la Ville de Laval a adopté une version révisée de la Politique de gestion contractuelle, à laquelle se greffe dès à présent le nouveau Code de conduite des fournisseurs. Soucieuse d’assurer une gestion saine et durable des biens publics ainsi qu’un meilleur contrôle de la qualité des services qui lui sont rendus, la Ville de Laval poursuit ainsi ses efforts afin d’atteindre un niveau supérieur d’intégrité et d’éthique, et ce, dans tous les aspects de son administration. « Le Code de conduite des fournisseurs s’intègre à la démarche que la Ville de Laval déploie depuis près de 4 ans en matière d’intégrité et d’éthique, notamment la création du Bureau d’éthique et d’intégrité (BIEL). Il est complémentaire à la Politique de gestion contractuelle, en vertu de laquelle les soumissionnaires et cocontractants de la municipalité signent des affirmations solennelles à propos des attentes de la Ville en matière d’éthique et d’intégrité », souligne le maire de Laval, Marc Demers. « Le Code se veut un miroir du Code d’éthique des employés de la Ville de Laval. Tout comme elle a exprimé, par l’adoption d’un code d’éthique, ses attentes envers ses employés, la Ville souhaite préciser, par le Code de conduite des fournisseurs, ses attentes envers ses fournisseurs actuels et futurs. Ils sont ainsi invités à être des citoyens corporatifs exemplaires et à se conformer aux normes reconnues afin de promouvoir la responsabilité sociale et environnementale dans une économie durable », précise le directeur général de la Ville, Serge Lamontagne. Les 3000 fournisseurs de la Ville doivent dès maintenant prendre toutes les mesures raisonnables pour s’assurer de respecter ce Code, et ce, dans toutes leurs activités ainsi que dans leurs processus d’approvisionnement et de sous-traitance. Pour leur part, les employés de la Ville de Laval qui seraient témoins de pratiques inadmissibles d’un fournisseur (collusion, corruption, intimidation, cadeaux, conflit d’intérêts, etc.) doivent aviser promptement le Service des achats et de la gestion contractuelle de la Ville et/ou le BIEL. Rappelons que la Ville de Laval a créé le BIEL en mars 2014. Sous la direction du Service de police de Laval, il a pour mission d'assurer la protection de l'intégrité et de l'éthique de la Ville de Laval et de ses employés en toute confidentialité. Il vise à faire échec à la collusion, la malversation, l'ingérence politique à des fins partisanes et à tout comportement répréhensible dans l'administration et la gestion des fonds publics. Source : Hélène Lamarre Simard, conseillère en communication Service des communications et du marketing - Ville de Laval 450 978-6888, poste 5918 h.lamarresimard@laval.ca SERVICE DES COMMUNICATIONS ET DU MARKETING 480, boulevard Armand-Frappier, C. P. 422, succursale Saint-Martin, Laval (Québec) H7V 3Z4 311 ou 450 978-8000 • www.laval.ca www.facebook.com/villedelavalpageofficielle — www.twitter.com/@laval311
  • Lancement des études de faisabilité pour un centre communautaire et sportif YMCA à Laval

    Lancement des études de faisabilité pour un centre communautaire et sportif YMCA à Laval Laval, le 19 juillet 2017 — La Ville de Laval et les YMCA du Québec ont signé aujourd’hui une entente de principe afin de collaborer à l’implantation éventuelle d’un centre communautaire et sportif YMCA dans le secteur TOD (Transit-oriented development) Cartier, à Laval-des-Rapides. La Ville de Laval a constaté que des besoins étaient à combler en matière de sports et de loisirs ainsi qu’en développement communautaire dans ce quartier. Elle désire, de façon concrète, répondre à ces besoins. En ce sens, et en lien avec ses politiques de l’activité physique et de développement social, la Ville souhaite valider la faisabilité d’implanter un centre communautaire et sportif YMCA avec des plateaux sportifs comme ceux que l’on retrouve habituellement dans de telles installations, c’est-à-dire : piscine, gymnase, salle d’entraînement et studios de cours dirigés, ainsi que des espaces communautaires et de loisirs pour les enfants, jeunes et familles. Le YMCA est déjà présent sur le territoire de Laval par l’entremise de deux programmes, soit un camp de jour et un point de service de persévérance scolaire, YMCA Alternative Suspension. Le maire de Laval, Marc Demers, est très heureux que l’étude de faisabilité du projet se concrétise. « C’est une excellente nouvelle que les YMCA du Québec envisagent de s’installer dans le secteur. Nous avons une vision ambitieuse pour le redéploiement du quartier et l’enracinement d’un YMCA dans la communauté aurait une grande valeur ajoutée. Les besoins sont grands dans Laval-des-Rapides et un partenaire comme les YMCA du Québec pourrait nous aider à créer un pôle communautaire destiné aux jeunes, aux familles et aux aînés. Mais dans un premier temps, nous irons à la rencontre des organismes du milieu pour nous assurer de proposer un projet qui répond bien aux besoins de la communauté. » Le président-directeur général des YMCA du Québec, Stéphane Vaillancourt, est lui aussi enchanté de la confiance de la Ville de Laval en l’expérience du YMCA dans la conception et la gestion de centres communautaires et sportifs en partenariat avec le milieu municipal. « C’est un privilège d’être associé à une Ville convaincue de l'importance d'avoir des infrastructures communautaires et sportives de proximité de qualité qui favorisent l’adoption de saines habitudes de vie et la création d’un milieu de vie harmonieux et inclusif où il fait bon vivre. Nous sommes convaincus qu’un tel centre aurait un impact positif pour la communauté, en particulier en accompagnant les enfants, jeunes et familles du quartier dans la réalisation de leur plein potentiel. » La valeur de cette étude est de 159 840 $. La Ville de Laval et les YMCA du Québec se sont entendus pour contribuer à 50 % chacun. Ainsi, la participation financière de la Ville est de 79 920 $. Un échéancier de 9 mois suivant la signature de l’entente a été convenu pour la réalisation de toutes les étapes de cet avant-projet. Sources : Sophie Guilbault Conseillère en communication Service des communications et du marketing 450 978-6888, poste 2168 s.guilbault@laval.ca Nathalie Viora Responsable des communications Les YMCA du Québec 514 849-5331, poste 1215 nathalie.viora@ymcaquebec.org SERVICE DES COMMUNICATIONS ET DU MARKETING 480, boulevard Armand-Frappier, C. P. 422, succursale Saint-Martin, Laval (Québec) H7V 3Z4
  • Rapport sur l’économie de Laval 2016 - Des atouts pour réussir

    Laval, le 19 juillet 2017 – La Ville de Laval est heureuse de présenter son rapport sur l’économie de Laval. Ce document dresse un bilan des principaux indicateurs économiques et présente une rétrospective de l’année 2016. Ce portrait économique affiche...
    En savoir plus...
  • Varennes accueille le bureau administratif de la Laiterie Chalifoux

    Le conseil municipal est heureux d’accueillir sur son territoire le nouveau bureau administratif de la Laiterie Chalifoux dont le siège social et l’usine de transformation sont situés à Sorel-Tracy. Une quinzaine d’employés du département des ventes, marketing et finances sont maintenant installés dans de nouveaux locaux situés au Novo-Centre, sur le boulevard Lionel-Boulet, à Varennes. L’expansion rapide de l’entreprise qui fabrique...
    En savoir plus...
  • La réfection de l’Aéroport régional de Rouyn-Noranda : c’est parti!

    C’est aujourd’hui qu’avait lieu l’annonce officielle donnant le coup d’envoi au projet de mise à niveau des infrastructures de l’aérogare et des services connexes à l’Aéroport régional de Rouyn-Noranda. L’événement s’est tenu à l’aérogare en présence du ministre fédéral des Transports, l’honorable Marc Garneau, représentant le gouvernement du Canada, de M. Luc Blanchette, ministre responsable des régions de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec, et bien sûr, du maire de Rouyn-Noranda, M. Mario Provencher...
    En savoir plus...
  • Laval présente à la convention BIO à San Diego

    Laval présente à la convention BIO à San Diego Laval, le 5 juillet 2017 – La Ville de Laval, représentée par son Service du développement économique, était à nouveau présente à BIO (Biotechnology Innovation Organization), le plus important rendez-vous international de l’industrie des sciences de la vie. Plus de 16 000 personnes ont participé à l’événement, qui avait lieu du 19 au 22 juin dernier à San Diego, en Californie. La délégation québécoise, dirigée par Gaétan Barette, ministre de la Santé et des Services sociaux, était composée de 46 entreprises, organismes et centres de recherche ainsi que de partenaires du secteur des sciences de la vie. Laval était fort bien représentée avec huit entreprises et plus d’une vingtaine de personnes. Pendant le congrès, Jean-Marc Juteau, commissaire au Service du développement économique, a rencontré individuellement plus d’une vingtaine d’entreprises et organisations qui cherchaient à en connaître davantage sur la Cité de la Biotech et les atouts de Laval comme site d’implantation. « Comme troisième ville en importance au Québec et grâce à un bassin important d’entreprises de calibre mondial dans le secteur des sciences de la vie, Laval demeure une destination attrayante pour les entreprises désirant s’établir en Amérique du Nord. Le Congrès BIO est l’endroit tout indiqué pour faire valoir nos infrastructures, tout particulièrement La Cité de la Biotech », a mentionné le maire de Laval, Marc Demers. Le secteur des sciences de la vie à Laval emploie plus de 5 000 personnes et représente plus de 100 sociétés et organismes, en plus d’un incubateur, le Centre québécois d’innovation en biotechnologie (CQIB). La présence d’infrastructures universitaires est particulièrement importante. D’ailleurs, durant le Congrès BIO, l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) a annoncé un investissement de 12,7 M$ afin d’aménager de nouveaux laboratoires en résonnance magnétique nucléaire (RMN) afin de mieux desservir l’industrie biopharmaceutique. À propos du Service du développement économique de la Ville de Laval Le Service du développement économique de la Ville de Laval assure la promotion et le développement économique de Laval par la recherche de nouveaux investissements, l'accueil et le soutien des entreprises et des entrepreneurs afin de stimuler la croissance des emplois et des entreprises aux bénéfices durables des Lavallois. Plus de détails à www.lavaleconomique.com. Source : Claire Monteil, conseillère promotion et marketing Service du développement économique – Ville de Laval 450 978-6888, poste 5964, c.monteil@laval.ca
  • Développement du CentrOparc MONTONI choisi comme proposant retenu

    Développement du CentrOparc MONTONI choisi comme proposant retenu Mascouche, le mardi 4 juillet 2017 – Une étape importante pour le développement économique de la Ville de Mascouche vient d’être franchie alors que le conseil municipal a adopté ce soir, à l’occasion d’une séance extraordinaire, un accord de principe désignant le Groupe MONTONI comme « proposant retenu » afin de réaliser les phases I et II du développement du CentrOparc. Rappelons que la Ville de Mascouche avait entrepris un processus gré à gré de mise en vente et de recherche de développeurs le 17 février 2017. Trois proposants ont soumis différents projets de développements. Après analyse des propositions, c’est au Groupe MONTONI que la Ville de Mascouche a décidé de confier le déploiement des phases I et II du CentrOparc. Une proposition qui revêt un avantage majeur puisque ce sont plus de 1 550 000 pieds carrés que souhaite acquérir le proposant retenu, soit le double du scénario initial de développement établi par la Ville. Une transaction d’une valeur totale potentielle de 6 204 448 $. Vérification diligente de 90 jours Maintenant qu’a été convenu un accord de principe désignant le Groupe MONTONI « proposant retenu », ce dernier a 90 jours pour procéder à une vérification diligente et un examen des titres. Une procédure usuelle dans ce type de transaction qui permet entre autres aux parties de convenir des protocoles de développement et d’infrastructures. C’est à la fin seulement de cette période de vérification allouée au proposant retenu, que la transaction pourra être officiellement conclue. « Le Groupe MONTONI est un acteur connu et respecté dans le domaine du développement de parcs d’affaires et de bâtiments commerciaux et industriels dans le grand Montréal. Peu importe l’issue de la vérification diligente, je suis heureux que le potentiel et l’attrait de notre site aient rapidement été identifiés par des promoteurs. Cela me confirme que Mascouche est définitivement sur la bonne voie, soit celle du développement économique et de la prospérité. Un dynamisme qui nous permettra de réaliser des projets significatifs et attendus par les Mascouchoises et Mascouchois. » -Guillaume Tremblay, maire CentrOparc Le CentrOparc de Mascouche est situé au croisement des autoroutes 25 et 640, à deux pas de la gare de train de banlieue. Avec un potentiel de développement de 4 000 000 de pieds carrés, les terrains qui y seront aménagés offrent une vitrine de premier choix le long de l’autoroute 640. Tout près des grands centres urbains, le site est facile d’accès et ses voies de contournement permettent d’éviter les secteurs engorgés en heures de pointe. Source Francis Villeneuve, directeur Service des Communications Ville de Mascouche 450 474-4133, poste 2780 fvilleneuve@ville.mascouche.qc.ca
  • Des mesures pour développer le potentiel de l’aéroport

    Rivière-du-Loup, le 29 juin 2017 - La Ville de Rivière-du-Loup et la Corporation de l’aéroport de Rivière-du-Loup prennent une série de mesures visant à rendre l’espace aéroportuaire régional conforme aux normes et optimiser tout son potentiel de développement. D’abord, la Ville a accepté la soumission de la firme Gervais Dubé inc. de 37 410,22 $ taxes en sus, pour effectuer le déboisement des aires de dégagement en vue du Festival aérien, d’une part, mais aussi afin de se conformer aux normes et pratiques recommandées pour les aérodromes de Transports Canada (TP 312). Deux mandats confiés Puis, deux mandats sont confiés par la Corporation de l’aéroport afin de maximiser les lieux et assurer le développement du potentiel du site. En premier lieu, un mandat pour réaliser un plan d’aménagement optimal des terrains de l’aéroport est octroyé à OCTANT Aviation, pour une somme de 19 550 $ taxes en sus. Également, un mandat est confié à ADM Services afin d’effectuer une étude de préfaisabilité d’implantation industrielle, de manière à évaluer le potentiel de développement économique de l’aéroport de Rivière-du-Loup. La firme doit proposer différents scénarios de développement à court, moyen et long termes, afin de maximiser l’exploitation de l’aéroport. Ce contrat est d’une valeur de 17 500$ taxes en sus. Ces mesures s’inscrivent dans le volet Infrastructures de la stratégie de développement économique 2017-2022 de la Ville. Source: David Lemelin, directeur Service des communications 418 867-6706
  • Nouvelle aide financière pour stimuler l’entrepreneuriat dans l’agglomération de Longueuil

    Boucherville, mercredi 28 juin 2017 – C’est en compagnie d’une soixantaine d’entrepreneurs et de partenaires variés que Développement économique de l’agglomération de Longueuil (DEL) a officiellement lancé son appel de projets en entrepreneuriat. Destinée aux entreprises innovantes en démarrage et en essaimage, l’aide financière octroyée prend la forme de contribution non remboursable, jusqu’à concurrence de 20 000 $ par projet. Une somme de 150 000 $ est investie par DEL dans le présent appel de projets. L’objectif de ce nouvel outil financier est de soutenir, faciliter et accélérer le démarrage d’entreprises se situant dans les secteurs d’activités priorisés par l’agglomération de Longueuil. La date limite de dépôt des projets est le 25 août 2017, 12 h pm...
    En savoir plus...
  • La MRC de Thérèse-De Blainville en désaccord avec le projet de politique de financement de l’ARTM

    Ste-Thérèse, le 27 juin 2017 – Les sept villes de la MRC de Thérèse-De Blainville ont unanimement exprimé leur profond désaccord avec le projet de politique de financement de la nouvelle Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) tel que déposé par le comité de transition, rejoignant ainsi la position des villes de Laval et de Longueuil. La MRC déplore que le projet de politique se traduise par une hausse marquée des contributions des villes, sans qu’il y ait le moindre ajout de services de transport collectif pour la population. « Au bout du compte, les contribuables paieront davantage mais ne bénéficieront pas de nouveaux services. On augmente substantiellement la facture alors que l’offre en transport en commun ne bouge pas : c’est un non-sens», a souligné le préfet de la MRC, Paul Larocque. Certaines villes de la MRC verront leur facture augmenter en 2018 de 7%, 8,5% et même jusqu’à 11% par rapport à 2017, et cela malgré les mesures temporaires d’atténuation mises en place par le gouvernement. «Dans 3 ans, ces mesures n’existeront plus et on est en droit de s’inquiéter de l’impact pour les contribuables», a ajouté le préfet. Avec la politique proposée, les villes de la MRC assumeront dans 3 ans une facture supplémentaire de 1,5 M$, soit 12% de plus en 3 ans, un rythme bien supérieur à une croissance normale des coûts prévus pour cette période. La MRC souligne aussi le fait que les usagers de la couronne nord paient déjà plus cher leur titre de transport lorsqu’ils se dirigent vers la ville centre. La MRC de Thérèse-De Blainville demande à l’ARTM de revoir ce projet de politique et de revenir à l’entente conclue en 2010 au sein de la Communauté métropolitaine de Montréal, quant au cadre financier pour le transport collectif. «Il s’agissait d’une entente équitable et satisfaisante pour tous, en respect du principe de l’utilisateur – payeur », de conclure Paul Larocque. Source: Kamal El-Batal, Directeur général et Secrétaire trésorier MRC de Thérèse-De Blainville 450 621-5546
  • Stratégie de développement économique Un plan cohérent et concret qui répond aux besoins réels de la communauté

    Rivière-du-Loup, le 26 juin 2017 - La Ville de Rivière-du-Loup a présenté la stratégie de développement économique 2017-2022, fruit d’un important travail de concertation réalisé au cours des derniers mois. « Nous avons adopté une approche terrain dans le but ultime d’avoir une stratégie de développement économique très concrète qui répond aux besoins réels, actuels et futurs, des gens d’affaires et de l’ensemble de la communauté et qui va ainsi permettre à notre ville de poursuivre sa croissance », explique le maire Gaétan Gamache. Ainsi, au cours de l’exercice de planification stratégique, les opinions et commentaires de plus de 125 personnes ont été recueillis. Ce travail de réflexion a permis d’identifier des défis importants à relever pour poursuivre sur notre lancée, que ce soit au chapitre technologique, de la main-d’œuvre, des infrastructures, du soutien aux entreprises et des services de la Ville. « Chaque enjeu est relié à une orientation, puis des objectifs. Ces derniers sont ensuite associés à des actions concrètes, détaillées dans un plan d’action collé à la réalité sur le terrain, revu annuellement, pour lesquelles de nombreuses organisations sont interpelées soit comme responsables ou comme partenaires potentiels pour assurer la concrétisation de ce plan », explique Denis Goulet, directeur du Service du développement économique. Enfin, le maire Gamache souhaite « que tous les citoyens, entrepreneurs, dirigeants d’institutions, intervenants du milieu économique, se serrent les coudes et fassent front commun pour que l’on puisse mettre en œuvre cette stratégie de développement économique, car le développement économique c’est l’affaire de tous. Du côté de la Ville, nous ferons également notre part en continuant de nous améliorer sans cesse afin de contribuer à notre façon à la réussite entrepreneuriale de notre milieu et au bien-être de l’ensemble de notre collectivité ». Source : David Lemelin, directeur Service des communications 418 867-6706
  • Le nouveau site Web de la Ville de Mascouche maintenant en ligne : un outil convivial et efficace, votre outil!

    Mascouche, mercredi 21 juin 2017 – La Ville de Mascouche est heureuse d’annoncer que son nouveau site web est maintenant en ligne. Un outil revampé : votre outil. Le nouveau site a été conçu en vue de simplifier la vie aux citoyens mascouchois. Il offre une navigation facile et conviviale en plus de présenter des informations utiles, complètes et claires. La volonté est également d’offrir un site navigable sur mobile, considérant que 35% des utilisateurs le consultent via leur cellulaire. « Après la refonte du bulletin municipal en 2016, je suis fier de dévoiler aujourd’hui votre nouveau site Web. Plus intuitif et résolument actuel, il permettra de faciliter les relations entre l’administration municipale et les citoyens. Mascouche est une ville dynamique qui évolue vers plus d’interactivité, plus de mobilité, plus de transparence et plus de consultation citoyenne. Le nouveau site Web a été pensé dans cette optique », souligne le maire, Guillaume Tremblay. Une refonte collaborative et inclusive Dans le souci de répondre aux besoins réels des citoyens, ceux-ci ont fait partie intégrale du processus de refonte. Un sondage en ligne a été réalisé et des citoyens ont pris part à des tests d’utilisation aux différentes étapes de réalisation du projet. Cette démarche a également été effectuée en collaboration avec les employés de la Ville, les élus et les membres du Comité consultatif sur les communications et les services aux citoyens. De nouveaux services en ligne Avec ce site, de nouveaux services en ligne sont disponibles : cartes interactives, formulaires Web, calendrier d’événements bonifié et moteur de recherche plus performant. D’autres nouveautés seront également offertes au cours des prochaines semaines, notamment les demandes de permis et le paiement des contraventions en ligne. ville.mascouche.qc.ca Source Isabelle Gagné, conseillère Service des Communications Ville de Mascouche 450 474-4133, poste 2790 igagne@ville.mascouche.qc.ca
    En savoir plus...
  • Châteauguay: urbaine, entreprenante, verte

    Mardi, 20 juin, 2017 La Ville de Châteauguay a présenté aujourd’hui à la communauté d’affaires de la région plusieurs initiatives qu’elle a entreprises afin de stimuler l’économie sur son territoire. En effet, dans le cadre d’un dîner-rencontre s’étant tenu sous un chapiteau à l’hôtel de ville, la mairesse Nathalie Simon a fait état de plusieurs actions venant favoriser le développement économique, lesquelles s’articulent toutes selon le nouveau discours de la Ville qui se positionne maintenant sur le plan économique comme « Urbaine, entreprenante et verte ». Cette nouvelle approche, un meilleur accompagnement des entreprises dans leurs projets, des actions de prospection d’entreprises, une campagne de promotion de l’achat local, une démarche de revitalisation pour le Vieux-Châteauguay, un investissement majeur pour reconstruire le boulevard Industriel et des programmes d’incitatifs financiers figurent parmi les actions concrètes mises en place. La présentation est disponible ci-dessous...
    En savoir plus...